Comment mieux développer et évaluer des interventions comportementales basées sur les habitudes de vie

Les habitudes de vie malsaines telles que la sédentarité, une mauvaise alimentation, le tabagisme, une mauvaise gestion du stress et l’excès de consommation d’alcool sont fréquentes au Québec et au Canada. Ces facteurs sont également associés à une qualité de vie moindre, à une maladie et un handicap accrus et à des conséquences sociales négatives ex. :  perte de productivité. Toutefois, ces comportements en lien avec les habitudes de vies sont complexes et difficiles à changer. Les méthodes requises pour développer et évaluer les interventions basées sur le changement de comportements sont également complexes. Cependant, la plupart des interventions ont été développées et mises en oeuvre de manière inadéquate avec peu ou pas de contribution de le part des personnes affectées par l’intervention ou qui auront ultimement à implémenter l’intervention. Par exemple, la capacité des personnes à bénéficier des interventions qui ont été développées dépend souvent de leur situation sociale, ce qui n’est normalement pas pris en compte lors du développement de l’intervention. Ces lacunes méthodologiques ont limité notre capacité à répliquer des résultats positifs et à traduire de manière efficace les interventions au niveau de la population. Le domaine de l’intervention axée sur le changement comportemental se développe rapidement et plusieurs nouvelles lignes directrices concernant la méthodologie émergent.

Toutefois, la majorité de ces lignes directrices se basent sur l’opinion plutôt que sur des données probantes. De plus, elles possèdent des lacunes considérables dans des domaines clés de la méthodologie comme le développement d’interventions qui tiennent compte de déterminants sociaux spécifiques ou qui peuvent évoluer et être appliqués au niveau de la population. L’objectif de cette équipe émergente sera de développer un programme de recherche permettant d’améliorer la méthodologie multi et interdisciplinaire basée sur des données probantes pour le développement et l’évaluation d’interventions comportementales. Pour atteindre ce but, nous harmoniserons le programme de recherche actuel des chercheurs panquébécois, développerons de nouvelles avenues pour la collaboration, implanterons des partenariats et intègrerons des étudiants et de nouveaux chercheurs au groupe de recherche.