CHSLD et résidences pour personnes âgées :  un modèle à réinventer ? 

23 juin 2020 – 12h à 13h15

Webinaire – discussion ARIMA/REGARDS

Comment réinventer un modèle pour prendre soin des aînés et tirer les leçons de cette crise majeure ?  Participez à la discussion ce 23 juin avec nos invités François Aubry (UQO) et Louis Demers (ÉNAP), experts de l’organisation des soins de longue durée et des services d’hébergement pour les personnes âgées.

Invités  : 

François Aubry est professeur au département de travail social de l’UQO. Ses recherches portent sur l’analyse des pratiques des préposés aux bénéficiaires et de l’organisation du travail dans les CHSLD.

Louis Demers est professeur titulaire à l’École nationale d’administration publique. Ses travaux de recherche actuels portent sur les services de longue durée et les lieux d’habitation collectifs pour aînés.

Animatrices  : 

Deena White est professeure titulaire au département de sociologie de l’Université de Montréal et directrice scientifique du partenariat de recherche ARIMA.

Nassera Touati est professeure titulaire à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP) et directrice scientifique de l’équipe en partenariat REGARDS.

Résumés des interventions  : 

François Aubry (UQO)  :  La COVID 19 a accru les problèmes sociaux, organisationnels et administratifs déjà présents dans les CHSLD, résidences pour aînés et résidences intermédiaires. Paradoxalement, si les préposés aux bénéficiaires dans ces organisations ont été durement touchés par le virus, la crise a pu révéler à quel point leur fonction est essentielle lorsqu’il s’agit de prendre soin des ainés. Nous présenterons les principales problématiques relatives aux préposés déjà présentes avant la crise, et qui se sont aggravées durant les derniers mois, ainsi que quelques pistes à ne pas négliger pour l’avenir.


Louis Demers (ÉNAP) :  Les tragédies vécues dans certains CHSLD et résidences pour aînés ont révélé comment notre système de santé et de services sociaux s’était mal adapté au vieillissement de la population. Je ferai valoir que plusieurs facteurs sont à l’origine de cette inadaptation, parmi lesquels un héritage hospitalocentriste, la mésestimation et le sous-financement des services à domicile et des soins de longue durée, une série de réformes du système sociosanitaire québécois qui en ont centralisé les pouvoirs, dilué les responsabilités et opacifié le fonctionnement et une conjoncture de plein emploi qui a révélé les piètres conditions de travail des préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD et leur faible rémunération.

Inscription sur Eventbrite